AccueilSiteCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les doses de Propofol intriguent les experts/source de contestations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Magali
ULTIMATE DANGEROUS
ULTIMATE DANGEROUS


Féminin Nombre de messages : 11595
Age : 49
Date d'inscription : 02/07/2009

MessageSujet: Les doses de Propofol intriguent les experts/source de contestations   28/8/2009, 00:27


Conrad Murray inculpé pour homicide involontaire d’ici deux semaines selon Fox News



Selon FOX News, qui cite une source anonyme de la police de Los Angeles, le Dr Conrad Murray pourrait être inculpé pour homicide involontaire d’ici deux semaines. Cette source indiquait au départ que son arrestation pourrait avoir lieu dès mercredi prochain mais a ensuite précisé que la police prévoyait une perquisition supplémentaire, vraisemblablement dans une pharmacie de Los Angeles, afin de recueillir davantage de preuves contre lui. C’est pourquoi l’arrestation pourrait survenir plus tardivement.
FOX News affirme par ailleurs que le Dr Arnold Klein, dermatologue de longue date du Roi de la Pop, pourrait lui aussi se voir accuser d’erreur médicale mais les enquêteurs seraient encore en train de rassembler des éléments permettant de prouver sa culpabilité.
Jane Robison, porte-parole du bureau du procureur général du Comté de Los Angeles, a toutefois démenti l’information, ajoutant : « Jusqu’à ce que la police achève son enquête et nous en apporte les conclusions, il n’y a aucun moyen de savoir quels chefs d’accusation vont être prononcés et contre qui ils le seront ».
Malgré ces propos, la source insiste auprès de FOX News, affirmant que le bureau du procureur est en discussion avec les enquêteurs pour déterminer si Murray aura le choix de se rendre de son propre chef à la police de Los Angeles ou s’il sera arrêté à Houston, où il réside actuellement.
Initialement, les enquêteurs prévoyaient de l’inculper pour meurtre sans préméditation (à la différence de l’homicide involontaire, la notion de « meurtre sans préméditation » suppose que le coupable commet le geste de manière volontaire). Toutefois, ils ont estimé que Murray avait peu de chances d’être condamné si ce chef d’accusation était retenu, dans la mesure où il n’y avait aucun mobile. C’est pourquoi il est plus probable, sauf en cas de découverte d’une preuve majeure la semaine prochaine, que Conrad Murray soit inculpé pour homicide involontaire.
Les partisans du médecin ont réagi à la déclaration officielle enregistrée en vidéo par Murray et diffusée sur Youtube, affirmant qu’il recevait des menaces de mort. D’autres ont commenté en disant qu’il s’agissait d’un « coup de pub » destiné à susciter la compassion d’un futur jury. « Je pense qu’ils essaient de l’humaniser, de donner de lui l’image de quelqu’un que vous pourriez connaître, qui n’est pas un type mauvais », a noté Kenneth Padowitz, ancien procureur du comté de Broward. Il a ajouté que selon lui, la vidéo était destinée à être vue par un large public, contrairement à ce qu’affirme l’équipe de Murray.
Selon Padowitz, tout l’intérêt d’une déclaration officielle est d’offrir au médecin un contrôle total sur ses propos : « Ils l’ont fait de telle manière qu’il ne puisse pas être interrogé par un journaliste, que personne ne puisse réagir à ses propos ou poser une question à laquelle il ne pourrait pas répondre. Ils ont tout simplement fait une opération de relations publiques ».
Mise à jour – Selon ABC, l’arrestation de Murray n’est pas encore envisagée, la police ne le considérerait toujours pas comme un suspect.
Sources : ElusiveShadow.com / FOX News / ABC








Les doses de Propofol intriguent les experts



Selon plusieurs experts en médecine, les doses de Propofol que le Dr Conrad Murray prétend avoir injectées à Michael Jackson ne concordent pas avec les premiers résultats toxicologiques qui établissent que l’artiste est décédé d’une overdose de Propofol.


Le document judiciaire rendu public avant-hier fournissait de nombreuses précisions sur les doses qui lui étaient administrées : Conrad Murray affirmait ainsi qu’au début du traitement, Michael Jackson recevait chaque nuit 50 mg de Propofol ; s’apercevant qu’il développait une dépendance, il avait ensuite réduit cette dose de moitié puis avait totalement retiré l’anesthésique du cocktail qu’il lui donnait pour lutter contre ses insomnies chroniques. Cependant, le 25 Juin, Murray a reconnu avoir cédé aux supplications de Michael Jackson, lui injectant alors 25 mg de Propofol : la dose de trop.
Or, selon plusieurs médecins, la quantité d’anesthésique nécessaire pour endormir quelqu’un durant 8 heures correspondrait à 400 mg de Propofol, soit 8 fois la dose injectée par Murray. Le Dr Dombrowski, membre de la Société Américaine des Anesthésistes, a commenté : « Je ne crois pas que ce soit la dose qui ait été injectée. Une dose si faible n’occasionnera jamais une détresse respiratoire chez quiconque. Si c’est réellement son témoignage, je n’y crois pas ».
Les experts en médecine suggèrent donc deux pistes d’interprétation : soit Conrad Murray a menti aux enquêteurs en leur mentionnant une dose plus faible que celle qu’il a réellement injectée ; soit il manque un paramètre temporel relatif au rythme d’injection (par exemple « 25 mg par heure ») : Murray a pu ne pas le fournir aux enquêteurs ; selon Dombrowski, il est aussi possible que la police n’ait pas compris la terminologie médicale en recueillant son témoignage et n’ait donc pas mentionné cette dimension temporelle dans son rapport.
Source : ElusiveShadow.com / Los Angeles Times


Deux employés de Michael Jackson ont des informations importantes sur son décès


Selon le Los Angeles Times, deux employés de Michael Jackson détiennent des informations importantes sur les circonstances de son décès (notamment la chronologie des évènements le jour du 25 Juin) et devraient être interrogés de manière plus approfondie par la police. C’est ce qu’a déclaré leur avocat, Carl Douglas.
Douglas a expliqué que la police les avait simplement interrogés de manière « informelle » et que ses clients souhaitaient fournir davantage d’informations aux autorités. L’un des deux entretiens a duré seulement deux minutes tandis que l’autre correspondait à une page de transcription. Douglas a ajouté que leurs déclarations étaient susceptibles d’aider la police à établir la chronologie des dernières heures de Michael Jackson.
En effet, il existe à ce sujet des incohérences dans le témoignage du Dr Conrad Murray : le médecin prétend avoir retrouvé Michael Jackson ne respirant pas à 11h00. Or, l’appel d’urgence n’a été passé que 81 minutes plus tard, à 12h21. Pendant ce laps de temps, les relevés téléphoniques montrent que Murray a passé plusieurs appels longs (47 minutes au total) à 3 correspondants différents. D’autre part, le rapport rédigé par les secours qui sont intervenus au domicile de Michael Jackson estime que celui-ci était déjà décédé depuis au moins une heure au moment de leur arrivée sur les lieux. Toutefois, la température extrême qui régnait dans sa chambre ne permet pas d’établir l’heure du décès avec précision.
Carl Douglas pense que le témoignage de ses deux clients n’a pas suffisamment été pris en considération par la police : « Nous avons fixé deux rencontres entre mes clients et les enquêteurs du Département de Police de Los Angeles (LAPD). Mes clients sont arrivés en avance, portant des costumes-cravate. Le premier rendez-vous a été annulé et reprogrammé. Lors du second rendez-vous, j’ai dû les appeler pour m’informer des raisons de l’absence des enquêteurs ».
Le premier employé, Alberto Alvarez, faisait partie de l’équipe assurant la sécurité de Michael Jackson. Le garde du corps a été appelé dans la chambre de l’artiste par Conrad Murray le 25 Juin. C’est lui qui a appelé le 911 en demandant que les secours se déplacent. Selon Douglas, il pourrait à la fois fournir des informations confirmant ou contredisant la version des faits donnée par Murray, tout en donnant ses impressions sur l’atmosphère qui se dégageait ce jour là.
Le second employé, Michael Amir, était le chef du personnel de Michael Jackson. Il a reçu un message téléphonique de 4 secondes d’un Conrad Murray très agité, à 12h13, le 25 juin, lui demandant de « venir vite ».
Sources : ElusiveShadow.com / Los Angeles Times



L’heure de la découverte de Michael Jackson par son médecin, source de contestations



Un élément de première importance, source de dissension, brouille l’enquête sur les circonstances de la mort de Michael Jackson. A quel moment exactement le Dr Conrad Murray s’est-il rendu compte que son client avait cessé de respirer? Près d’une heure de décalage sépare actuellement les versions de la police et du médecin sur ce moment-clef.
Selon des documents des forces de police, le Dr Murray a déclaré aux enquêteurs qu’il avait passé la matinée du 25 juin à administrer différents sédatifs à Michael Jackson pour l’aider à trouver le sommeil, avant d’accéder à sa demande de recevoir une dose de propofol, un puissant anesthésique habituellement réservé à l’univers hospitalier, aux alentours de 10h40.
Après s’être brièvement rendu dans la salle de bains, le Dr Murray a expliqué avoir découvert vers 11h locales que le chanteur ne respirait pas, peut-on lire dans ces documents. Il aurait tenté de lui donner un médicament d’urgence et de pratiquer une réanimation cardio-pulmonaire. Puis près de 90 minutes se seraient écoulées -le médecin consacrant la majeure partie de ce temps à passer des coups de fil qui n’étaient pas destinés aux urgences-avant qu’une ambulance soit appelée à 12h21 à la résidence que la star âgée de 50 ans louait à Los Angeles.
Une version que conteste sur un point Edward Chernoff, l’avocat du Dr Murray, au centre d’une enquête pour homicide involontaire depuis le décès de la star. Le médecin n’a découvert selon lui qu’aux alentours de midi que le chanteur ne respirait pas. D’après l’avocat, qui était présent lorsque les enquêteurs ont passé trois heures à interroger son client le 27 juin, le Dr Murray n’a jamais dit à la police que la découverte remontait aux alentours des 11h, mais qu’elle datait plutôt de midi. Les policiers « confondent le moment où Michael Jackson est allé dormir avec le moment où il a cessé de respirer », a expliqué Me Chernoff sans fournir d’autres détails sur le récit du Dr Murray à la police.
Même si le Dr Murray n’a découvert Michael Jackson qu’aux alentours de midi, il a attendu encore trop longtemps pour appeler une ambulance, observe un spécialiste médical, ajoutant que la priorité de toute personne -y compris d’un médecin-devrait consister à appeler une ambulance. « Dans une situation comme celle-ci, le temps, c’est la vie », rappelle le Dr Douglas Zipes de l’Université de l’Indiana, ancien président de l’American College of Cardiology. « Cela doit être immédiat, ou alors vous perdez l’individu. »
Des analyses des services médico-légaux ont montré que c’est un mélange de propofol et de deux sédatifs, le lorazepam et le midazolam, qui a tué le chanteur le 25 juin, a appris l’Associated Press lundi soir de source judiciaire (et non pas un cocktail de plusieurs médicaments comme les tabloïds l’indiquent trop souvent).
Selon des registres téléphoniques, le médecin personnel du chanteur a passé 47 minutes entre 11h18 et 12h05 au téléphone, le temps de trois appels personnels, dont un à ses propres bureaux, a précisé Me Chernoff, affirmant que son client n’avait jamais parlé de ces appels aux enquêteurs dans la mesure où rien ne lui avait été demandé à ce sujet.
A 12h13, le Dr Murray a passé un appel de quatre secondes à l’assistant personnel du chanteur, Michael Amir Williams, pour demander de l’aide, selon Carl Douglas, l’avocat de M. Williams. Dans les deux minutes, Michael Amir Williams a appelé Alberto Alvarez, le garde du corps de Jackson, l’implorant de la même façon.
Me Douglas, qui représente aussi M. Alvarez, a expliqué que ce dernier s’était rué à l’étage où le Dr Murray se trouvait, pour l’assister alors qu’il tentait de ranimer la star. C’est Alberto Alvarez qui a composé le 911, le numéro des urgences, à 12h21. Selon l’avocat, son client aurait pu apporter certains éclairages à la police sur les actes de Murray, mais deux mois après la mort du chanteur, les enquêteurs ne l’ont toujours pas formellement interrogé; ils ne lui ont parlé que fugitivement à l’hôpital aussitôt après le décès du chanteur prononcé.
Sources : TheCanadianPress / MJJProcessor.com

_________________________________

Pour les fans, c'est culpabilisant de ne pas avoir pu empêcher la mort de l'artiste qu'ils aiment: de MJ tirer de sa biographie
YOUTUBE: http://www.youtube.com/user/HommageaMichaelJ
Revenir en haut Aller en bas
 
Les doses de Propofol intriguent les experts/source de contestations
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Musique: une source de réconfort à la perte d'un proche ?
» A LA SOURCE – D’une vie à l’autre
» Mariah source (Anglais)
» COUNTER STRIKE : Source
» Black-veil-brides-source :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MJ-Story :: NEWS :: News-
Sauter vers: